Vieillir fait peur ; quel est le sens de la vieillesse ?

Vieillir fait peur.

Il est difficile de vivre des limites physiques dans une société où la place est plus laissée à ce qui est jeune, dynamique et beau. Même la souffrance ne peut être dite sans une certaine gêne. Les années qui passent sont une rude école d’acceptation de nos limites. Tôt ou tard l’homme est appelé à reconnaître sa fragilité, sa faiblesse, tant physique que psychique.

 Nous savons bien que rien ne nous comble, rien ne nous rassasie, comme si nous n’atteignions jamais l’objet de nos aspirations : "l’âme humaine a soif d’infini".

Un tiraillement existe entre l’apprentissage d’un lâcher prise et le désir de tout contrôler Il y a un équilibre à trouver pour permettre une vie plus sereine, et plus unifiée. Le temps de la vieillesse est cet apprentissage.

 Notre faiblesse ne pourrait-elle devenir notre force, suivant les paroles de St Paul ? (2 Cor 12,10)

 Quand nous n’avons plus rien à prouver à personne, quand nous ne cherchons pas l’efficacité à tout prix, nous sommes plus disposés à accueillir la joie de ce qui fait vibrer, l’art, le bénévolat, la lecture, la prière, la rencontre.

  Apprivoiser le temps 

 Notre époque est une course incessante au temps. Beaucoup d’angoisse se dissimule derrière cette course. Nous ne cherchons pas à apprivoiser le temps et à l’accueillir avec ses lenteurs.

"Le monde moderne est une conspiration contre toute forme de vie intérieure" disait Bernanos. La vieillesse en imposant un rythme plus lent permet de retrouver un temps d’intériorité.

Arrêter la course, se retrouver soi-même dans l’attente, accepter la durée,toutes les valeurs en seront renversées.

 Trouver ou retrouver un sens à sa vie

  L’apprivoisement du temps dans cette étape de la retraite permet aussi que se fasse un travail de mémoire et de reconnaissance de sa propre identité.

Le sens de sa vie apparaît progressivement par le regard que nous jetons nous-mêmes sur les évènements et les choix qui l’ont jalonné.

Chaque personne est comme un livre sacré et sa lecture en est précieuse. La sagesse africaine ne dit-elle pas que la mort d’un homme est une perte irrémédiable comme le seul exemplaire d’un livre qui disparait.

Petit à petit va peut-être se dégager la découverte ou la redécouverte de sa vocation. Dans les inclinaisons persistantes du cœur, on trouve la réalisation d’un projet de vie, aussi modeste soit-il. Certains pourront s’orienter vers une activité tournée vers les autres, et mettre un talent même petit, au service de la communauté, au sens familial ou plus large du terme.

 Cultiver ses capacités d’émerveillement et d’amour

"Merveilles de tes œuvres, Seigneur et merveille que je suis" Ps 138(139)

S’émerveiller, c’est guérir de l’ennui, de l’insatisfaction et du découragement terriblement dévoreur d’énergie.

Lorsque nous nous nourrissons de l’énergie portée par ce qui va bien, nous trouvons la force d’affronter ce qui va mal.
Evitons d’être grignotés par ce qui va mal, d’être envahi par toutes les mauvaises nouvelles, mais ayons soin de rendre grâce, et de bénir.

Vivons en habitant notre cœur et en nous laissant toucher quotidiennement par quelqu'un ou quelque chose.

je suis vieux

Questions liées

RENCONTRONS-NOUS

Des associations à votre écoute

Références livres/DVD
  • CD La Personne humaine

    La personne humaine: 2 CD du cours enregistré Aline Lizotte éditions Parole et Silence prix 50€ Commander
  • LIVRE: Devine qui vient diner ce soir

    Devine qui vient diner ce soir ? Editions Presse de la renaissance19,50 euros > Commander > Commander
  • Guide de l’entrepreneur social innovant

    Guide de l’entrepreneur social innovant Descriptif CONCEPT DU VIVRE ENSEMBLE : INTERGENNERATIONNEL et mixite sociale dans des lieux uniques avec residents et touristes (Auteur Michel Barth )