Quand la sexualité devient un enjeu de pouvoir et de domination, comment en sortir ?

Il ne faut pas séparer l’acte sexuel de l’ensemble de votre vie amoureuse affective et conjugale.

 

La relation sexuelle est le reflet du reste. Si elle est un lieu de domination, il est probable qu’elle rende visible un déséquilibre et un problème présent dans la relation globale du couple.

 

La relation sexuelle peut être le lieu d’un chantage affectif. Il est courant qu’une femme dise à son conjoint : "tu ne me donnes pas ça, donc je n’aurai pas de relations." La sexualité est alors conçue comme un levier de domination et non comme un moment où chacun se reçoit l’autre comme il est et sans condition.

 

Comme toujours, on sort de cette situation par un véritable dialogue et la prise d’engagements réciproques pour faire du don des corps non pas un terrain neutre mais une célébration de ce qui est vécu entre deux êtres.

 

    

Au-delà de la période passionnelle, un couple entre dans la phase de lutte pour le pouvoir. 50 % ne résisteront pas à cette épreuve, et un tiers la résoudra cahin-caha. Les relations sexuelles sont l’un des champs où s’exerce un chantage éventuel.

 

Quand le pouvoir est exercé de façon injuste par l’un des conjoints, une rancune explicite ou tacite se met souvent en place. Souvenons-nous qu’Aristophane en a fait une pièce de théâtre, Lysistrata, jouée 411 ans avant JC. Le thème est régulièrement repris depuis lors.

 

La femme peut donc se refuser, et si elle ne peut pas refuser la relation, elle peut priver son mari de sa jouissance, voire de son désir, sachant qu’elle le prive en le faisant de sa fierté masculine. La situation où c’est l’homme qui se refuse est également fréquente.

 

Il arrive aussi qu’un conflit de ce type soit causé par une rancune provenant d’une autre relation, celle des parents de l’un des deux, ou des aventures douloureuses dans des unions précédentes.

 

Comment en sortir ?

Ce n’est pas une question de technique sexuelle, mais bien du sens du mariage et de l’équilibre entre les dons mutuels de toute la personne. Un travail avec un conseiller conjugal peut apporter une bonne aide dans les cas les moins graves notamment pour faire cesser la boucle de rétroaction de la rancune. Au-delà, la structuration psychologique des partenaires peut remettre en cause la possibilité d’une solution.

chantage sexuel, domination sexuelle, je suis sa chose

Questions liées

RENCONTRONS-NOUS

Des associations à votre écoute

Références livres/DVD
  • CD La Personne humaine

    La personne humaine: 2 CD du cours enregistré Aline Lizotte éditions Parole et Silence prix 50€ Commander
  • LIVRE: Devine qui vient diner ce soir

    Devine qui vient diner ce soir ? Editions Presse de la renaissance19,50 euros > Commander > Commander
  • Guide de l’entrepreneur social innovant

    Guide de l’entrepreneur social innovant Descriptif CONCEPT DU VIVRE ENSEMBLE : INTERGENNERATIONNEL et mixite sociale dans des lieux uniques avec residents et touristes (Auteur Michel Barth )