Mon enfant risque d’être handicapé : dois-je le garder ?

Actuellement les échographies ont la possibilité de déceler les anomalies du fœtus. Celles-ci peuvent être lourdes de conséquences et handicaper gravement la vie de l’enfant.

Une fois le diagnostic posé, même s’il s’agit souvent d’un risque et non d’une certitude, le doute s’installe et le choix est laissé aux parents de garder ou non l’enfant. Cette décision est souvent prise rapidement, sans autre interlocuteur que le personnel médical.

La première chose à faire est de prendre le temps de la réflexion, en rencontrant des personnes, des associations, pour éclairer cette réalité.

La pression sera souvent extrême pour pratiquer une IMG, interruption médicale de grossesse. Les médecins ont l’obligation de vous faire part d’un risque ou vous annoncer une maladie dont le diagnostic est confirmé. Accordez vous le temps de réfléchir, de consulter des experts (tels que ceux de la Fondation Jérôme Lejeune), de discerner…

Si vous ne pouvez accueillir cet enfant dans votre famille, il est important de savoir que certaines familles comprennent votre souffrance et acceptent d’adopter cet enfant. La décision d’interrompre la vie de votre bébé peut accentuer la douleur de votre deuil par un poids de responsabilité et culpabilité.

Certaines maladies génétiques ne permettront pas à l’enfant de vivre même s’il naît à terme. Vous pouvez décider cependant de l’accueillir, même pour un court espace de temps. Certaines équipes se forment pour dispenser des soins palliatifs à ces enfants et accompagner la famille.

 

Tous les handicaps ne sont pas de même nature. Certains mettent en péril la vie de votre bébé, d’autres lui permettront de vivre différemment peut-être, mais dans une relation avec vous et avec d’autres.

Cette interruption médicale de grossesse (IMG) n’est pas sans conséquence pour le couple et cette décision se doit d’être accompagnée. Elle réveille bien des peurs et des angoisses, qu’il faut évaluer le plus justement possible et dont il faut parler.

Le projet d’avenir que vous portiez pour cet enfant semble se désintégrer, et cela est vrai aussi pour vous-même dans votre projet parental. Surtout, ne restez pas seuls, prenez le temps d’en parler, de chercher, de prendre des contacts, d’écouter ce qui se passe au plus profond de vous ( OCH, les petites sœurs des maternités catholiques, …). Rien ne justifie une décision dans l’urgence, face à une décision qui sera définitive.

Quoiqu‘il en soit, personne ne peut prendre cette décision et répondre à votre place. Vous en avez la responsabilité, avec ce que vous êtes, ce que vous portez, et les soutiens qui seront possibles.

Tout le monde veut « du bon et du bon bébé », et c’est légitime. L’annonce du handicap, l’annonce d’un enfant différent entraîne bien souvent un sentiment d’injustice, de révolte, de culpabilité : qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu pour mériter cela ? L’enfant s’annonce, avec un handicap, mais bien décidé à vivre, aimable, c’est-à-dire capable d’aimer et capable d’être aimé. L’accueil de la différence dans un monde qui se veut efficace, rentable, compétitif, va nous entraîner dans une autre logique, celle de la communion. « Tu as du prix à mes yeux, tu es différent mais tu comptes pour moi, et je t’aime ». Les personnes handicapées réaffirment que nous avons tous besoin les uns des autres pour grandir.

IVG, grossesse non désirée

Questions liées

RENCONTRONS-NOUS

Des associations à votre écoute

Références livres/DVD
  • CD La Personne humaine

    La personne humaine: 2 CD du cours enregistré Aline Lizotte éditions Parole et Silence prix 50€ Commander
  • LIVRE: Devine qui vient diner ce soir

    Devine qui vient diner ce soir ? Editions Presse de la renaissance19,50 euros > Commander > Commander
  • Guide de l’entrepreneur social innovant

    Guide de l’entrepreneur social innovant Descriptif CONCEPT DU VIVRE ENSEMBLE : INTERGENNERATIONNEL et mixite sociale dans des lieux uniques avec residents et touristes (Auteur Michel Barth )