Les 10 choses à faire avant de mourir

Cela dépend de la culture de chacun ; mais cela dépend aussi de la manière dont on a vécu et dont on envisage la vie. Un SDF n’aura pas les mêmes besoins qu’un grand homme d’affaires. Le second aura peut-être plus de choses à régler sur un plan matériel comme une succession à organiser, alors que le premier cherchera sans doute davantage à renouer le contact avec des personnes perdues de vue depuis longtemps.

Un désir d’aimer et d’être aimé en vérité

De manière générale, on remarque qu’il y a souvent chez les personnes en fin de vie un vrai désir de réconciliation, d’aimer et d’être aimé en vérité. A l’approche de la mort, les personnes se recentrent sur leurs besoins fondamentaux, qui sont le plus souvent d’ordre relationnel. 

Mettre de l’ordre 

De plus, pour éviter des conflits et des soucis matériels à leurs héritiers, un certain nombre de personnes aiment régler leur succession, et même prévoir les modalités pratiques de leur enterrement. Elles s’occupent ainsi de trouver un caveau et de louer une concession dans un cimetière. Certains vont jusqu’à préparer la messe de leur enterrement ou écrivent un texte à l’intention de ceux qui leur survivront. On pourrait dire que beaucoup tiennent à remettre les choses en ordre, comme s’il fallait partir en ayant mis à plat certaines choses.

Renversement de perspective

Il arrive aussi parfois que des personnes aient été très attachées à des choses matérielles pendant leur vie et à l’heure de la mort, on assiste à un renversement des valeurs : ce qui compte alors, c’est d’être écouté, de faire de vraies rencontres. Un vrai désir de parler vrai se manifeste dans ces moments-là.

 

Alors qu’un diagnostic médical grave vient de tomber, ou que le grand âge arrive, vous vous trouvez confronté à la perspective de la mort. C’est une étape qui peut faire très peur, et qui peut pourtant être aussi d’une grande richesse. Que faire pour bien vivre cette période ?

Prendre le temps de regarder en arrière, de contempler votre vie, ce qu’elle a été : ce qui a été important, ce qui a été construit. Vos proches peuvent vous aider à faire mémoire des grandes étapes, des grands évènements de votre vie, les pus heureux comme les plus difficiles dans lesquels vous pouvez reconnaître ce qui vous a porté (la famille, les amis, la foi en Dieu …)

Il est assez naturel de se demander "À quoi a servi ma vie ?" Toute vie a sa valeur, et il est bon de la reconnaître : trouver un fil conducteur, une fécondité à votre vie. Avez-vous eu la joie d’accueillir des enfants ? De donner votre vie dans votre profession, un engagement associatif, ecclésial ? La Parole de Dieu dit : "Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir" (Actes des apôtres 20,35) Où avez-vous trouvé votre bonheur ?

C’est aussi le moment de transmettre, de passer le relais : d’une entreprise, d’une œuvre, d’une idée … de permettre à d’autres de continuer à faire vivre ce qui vous tient à cœur.

Une des choses essentielles à faire avant de mourir, c’est de parler. Pour certains c’est naturel, vous avez l’impression de parler beaucoup. Mais qu’avez-vous à dire à vos proches ? Quel message voulez-vous leur laisser ? Pour certains, la parole a toujours été difficile, et il y a peut-être des mots qui sont sur vos lèvres depuis des années, qui ne demandent qu’à s’exprimer : une parole de pardon, de réconciliation, d’encouragement, d’amour, de reconnaissance…

La réconciliation avec ceux qui vous sont proches est un cadeau que vous pouvez leur faire : en grec, "pardonner" peut avoir comme sens "laisser aller"… Il est peut-être temps de "laisser aller" une rancœur, un désir de vengeance,… de dénouer un lien familial, professionnel, personnel.

Dans ce temps qui vous reste, laissez-vous toucher par l’amour : aimez et laissez-vous aimer ! Nous sommes souvent bien prudes, Mère Teresa disait : "Donne tes mains pour servir et ton cœur pour aimer." Quand le corps est trop fatigué pour servir, il reste toujours le cœur pour aimer !

Alors que le temps s’écoule trop vite, ou trop lentement, pourquoi ne pas penser surtout au présent, à cette minute présente, pour y goûter ? Vivre avec intensité dans l’instant présent, en y goûtant : la douceur d’un lever de soleil, l’odeur d’un bon repas, un nocturne de Chopin, le rire d’un enfant… Rendre grâce simplement pour ce qui est donné, dans l’instant.

Et malgré cela, il est bon de préparer l’étape qui est devant vous. C’est sans doute une chose à laquelle vous pensez… Prendre le temps quand vous le pouvez encore de préparer "la suite" : régler votre succession, prendre les décisions nécessaires : organiser la cérémonie, les obsèques.

Enfin, prenez du temps pour vous tourner vers Celui qui vous attend, de toute éternité, Celui qui par sa croix a pour toujours vaincu la mort, qui nous a ouvert l’espérance de la Résurrection, qui nous a tracé le chemin…

"En vérité, en vérité, je vous le dis, dit Jésus, si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort." Jean 8,51

mort

Questions liées

RENCONTRONS-NOUS

Des associations à votre écoute

Références livres/DVD
  • CD La Personne humaine

    La personne humaine: 2 CD du cours enregistré Aline Lizotte éditions Parole et Silence prix 50€ Commander
  • LIVRE: Devine qui vient diner ce soir

    Devine qui vient diner ce soir ? Editions Presse de la renaissance19,50 euros > Commander > Commander
  • Guide de l’entrepreneur social innovant

    Guide de l’entrepreneur social innovant Descriptif CONCEPT DU VIVRE ENSEMBLE : INTERGENNERATIONNEL et mixite sociale dans des lieux uniques avec residents et touristes (Auteur Michel Barth )